• Préambule

    "Pour les jeunes et moins jeunes français, ou qui ont adopté La France"

    Bonjour à tous les nouveaux venus sur ce blog. Celui-ci est fait pour ceux qui sont nés sur le sol français, qui adoptent ou ont déjà adopté La France. Il est également fait pour ceux qui veulent mieux connaitre leur pays ou qui ont besoin de réponses à certaines questions concernant ce pays, cette culture, sa politique, sa diplomatie, son histoire.

    En effet, même né sur le sol Français, de parents français, à 18 ans on adopte ou pas La France. Je sais qu'administrativement, par le droit de sol, né en France fait de moi ou de vous, un citoyen français. Mais, adopter La France, être français, c'est converger vers une même vision de la société : Un environnement laïque, républicain, fraternel, égalitaire et libre dans la pensée et l'expression orale et écrite.

    Rien ne nous empêche, à 18 ans, de quitter notre pays de naissance et rejoindre un autre pays en prenant la nationalité de celui-ci si ces valeurs ne nous conviennent pas.

    Moralité, français né sur le sol français, français de père en fils depuis des générations ou immigré décidant de prendre la nationalité française, tous, autant que nous sommes, si nous gardons ou que nous prenons la nationalité française, c'est une décision personnelle et libre. Si la culture, les objectifs, les mentalités, la vie au quotidien ne me permettent pas de vivre heureux, je peux à tout moment quitter mon pays et prendre une nouvelle nationalité. Certains l'ont fait et nous devons respecter leur choix. En effet, la nationalité est une décision administrative, ce n'est pas notre ADN.

    Nos origines elles, ne changeront jamais. C'est notre propre histoire. Ce sont nos gênes. Si j'ai des descendants africains, arabes, juifs, asiatiques, indiens, inuits, celtes..., ma nationalité ne pourra jamais gommer cela, et tant mieux. Ce sont mes gênes, et je dois en être fier. Je prends une nationalité et j'apporte, à cette communauté, ma personnalité.

    De plus, d'un point de vue purement scientifique, ce "mélange" est bénéfique car il diversifie la génétique au sein des familles et permet, ainsi, une dilution des "anomalies" qui ont tendance à ressortir de manière héréditaire.

    Comme tout choix doit être éclairé (c'est à dire pris en toute connaissance de cause), je me dois de connaitre l'histoire, la culture, la géographie de mon pays d'adoption afin que je puisse m'intégrer parfaitement dans le récit national. Ainsi, je prends les droits et j'en accepte les devoirs.

    Ceci est valable pour tous, quelque soit l'origine de naissance. C'est d'ailleurs pour cette raison que l'éducation nationale instruit toute personne se trouvant sur le territoire, de 3 à 16 ans. Cette instruction doit permettre de faire le choix suivant à 18 ans :

    * Ce pays me convient, je reste et je garde ma nationalité ou, j'ai rejoints la France, je reste et je décide de prendre la nationalité française.

    * Ce pays ne me convient pas, je quitte ce pays et je rejoints le pays qui convient à ma culture, mes objectifs, mes espérances.

    Ce blog va donc convenir à tous. Prenez le temps de le lire, rubrique par rubrique. Je suis sûr que certains d'entre vous vont être surpris de ce qu'ils vont lire. Par exemple, en lisant ce blog vous allez comprendre qu'il n'y a pas d'ethnie française ou de "race" française !!

    Et oui, l'histoire, et rien que l'histoire !!.

    Cela doit vous permettre d'appréhender autrement votre intégration dans le récit national sans vouloir imposer votre vision, suivant vos origines, votre culture ou votre religion car tous, quelque soit nos origines, notre instruction, nos échecs ou nos réussites, nous écrivons, chaque jour, une ligne de ce roman.

    Mais nous aimerions que la société évolue, change car au fur et à mesure de notre évolution, nous nous sommes instruis, nos idées ont évolué, des réflexions qui nous n'aurions pas acceptées, aujourd'hui font débat. Or, cette évolution individuelle va plus vite que les changements sociétaux qui doivent toucher l'ensemble.

    Il faut accepter que cela se fasse sur une très longue échéance afin que se soit l'ensemble qui évolue (L'intérêt général).

    En effet, nous sommes bien passé, au gré des colonisations, du Paganisme (Rite dit "Païen") au rite Romain, puis au Christianisme. Mais cela s'est fait sur des siècles voir des millénaires.

    Les problèmes que nous rencontrons aujourd'hui sont le fait que nous voudrions résoudre immédiatement les faits liés à la rencontre de différentes cultures, religions ou visions philosophiques ou dogmatique.

    Encore une fois, l'histoire nous permet de prendre conscience que tout changement dans la société s'est fait par l'intégration sereine, calme et sur une longue échéance. Lorsque la force, la violence ou la brutalité (même par la loi) a été appliqué, cela a été un échec. (Imposition des rites romains en Germanie, tentative d'éradication du Christianisme, l'évangélisation forcée de certains peuples...). 

    Donc, prenons le temps pour les changements, réfléchissons à ce que l'histoire de notre passé peut nous apprendre pour que notre société puisse évoluer dans le calme et la sérénité. Si le changement heurte la société, attendons pour représenter, dans 5 ans, 10 ans ou plus, la question. Les accords de Matignon sur l'indépendance de la Nouvelle-Calédonie sont un exemple à suivre. (Onglet VII- Guerres et Batailles - Chapitre 8 "Guerre de décolonisation").

    C'est au travers de l'histoire du passé que nous pourrons vivre le présent pleinement, sans douter de l'avenir car, convenablement éclairé, nous pourrons écrire les pages du roman national de notre choix.

    Jean La Gaillarde


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires