• I- 4 Les frontières naturelles

    Les frontières, au cours des millénaires, n'ont pas été toujours celles que l'on connaît aujourd'hui. La frontière est la porte d'accès ou de refoulement, des envahisseurs.

    Tous les pays sur cette planète, ont mis en place des frontières qui sont un sas d'entrée sur le territoire national. Alors deux choix s'imposent : soit on matérialise cette limite par la construction (Murs, no Man's land militarisé) soit on s'appuie sur des éléments naturelles.

    Le premier va revenir excessivement cher et l'histoire a prouvé que toute construction tombe un jour (Mur d'Hadrien, Mur de Berlin) alors que le deuxième permet de mettre en place un contrôle des flux, la difficulté engendrée par sa traversée suffit à ralentir et permet donc d'anticiper une solution défensive.

    La France est particulièrement bien fournie en frontières naturelles. Elles ont, de tous temps, été un moyen derrière lesquelles nos forces armées, suite à des politiques offensives mises en échec, se sont regroupées pour défendre le territoire devenu le sanctuaire.

    Au Nord-Est, nous trouvons le Rhin. Fleuve large avec un débit puissant qui, dans sa traversée, demande une capacité dans le génie civil afin de jeter des passages uniquement à certains endroits permettant ce type de solution. Il suffit de tenir ces points de passages et vous tenez votre frontière.

    De l'Est au Sud-Est nous avons un ensemble de chaînes montagneuses avec les Vosges, le Jura et les Alpes. Pour les Vosges et le Jura, les accès se font par les vallées encaissées. Vous mettez des bouchons de contrôles avec des moyens défensifs sur les points hauts et votre frontière devient imperméable. Pour les Alpes, les sommets culminant entre 2500 et 4000 mètres, le passage des cols demandent une débauche d'énergie considérables et une prise de risque assez importante de pars les conditions climatiques extrêmement changeante.

    Il en sera de même pour le Sud de la France avec les Pyrénées ou les sommets culminent entre 2000 et 3000 mètres. Les passages ne sont pas nombreux et quelques ouvrages défensifs permettent de tenir les cols.

    Enfin les étendues maritimes permettent de voir loin. Le débarquement d'envahisseurs ne peut se faire qu'à des endroits disposés à ce type d'offensive et donc, des solutions peut coûteuses peuvent être mises en place.

    Comme exemple nous avons les raids incessants des Viking entre le IXème siècle et Xème siècle qui utilisaient systématiquement, l'estuaire de la seine (autour du Cotentin en Normandie) qui était une zone marécageuse.

    En effet, cette estuaire permettait de remonter la seine et de lancer des raids jusqu'aux abords de Paris. Le roi de France, Charles le simple, a trouver une solution intelligente : Il a tout simplement proposé à l'un des chefs Viking les plus influents, de se fixer, avec son clan, sur les terres autour de l'estuaire de la Seine. Le Roi lui a octroyé les terres avec pour mission d'empêcher tout nouveau raid sur ce territoire des clans des hommes du Nord (Nor mans) et lui permettre de vivre en paix.

    Comme les raids étaient essentiellement dus au fait que les conditions de vie des Vikings étaient très difficile et qu'ils cherchaient de meilleurs qualité de vie, le chef de ce clan (Rollon le Marcheur) accepta la proposition. Malgré les marécages, ce chef a vu le potentiel de cette région tant en matière d'élevage que d'agriculture et de pêche. Son clan est donc à la base de la population Normande. Les "Nor Mans" ayant donné le nom de "Normands" et donc l’appellation de la Région "Normandie" qui étymologiquement veut dire "Région des hommes du Nord".

    Suite à cette implantation, la France n’eut plus à subir les raids Vikings, l'entrée de l'estuaire étant désormais contrôlé. L'intégration se fera sur plus d'un siècle mais permettra un équilibre et la disparition des pillages et des implantations sauvages sur tout le littoral Atlantique. En effet, les "Normans" ont très vite compris que pour vivre heureux dans cette nouvelle contrée, il ne fallait pas que leurs implantations déstabilisent le souverain qui leur à octroyé ce territoire. Donc il faut limiter l'arrivée d'autres clans. 

    Les frontières naturelles ont donc permis à la France, de se protéger à moindre frais, des envahisseurs ou des flux migratoires qui ont traversés son histoire. Même si ces frontières n'ont pas permis de stopper les flux, elles ont ralenti ou minimiser les arrivées permettant ainsi, de trouver les solutions pour une intégration ou une défense dans la profondeur du territoire.

    Finalement, lorsque l'on regarde l'histoire de France et l'histoire de l'Europe, on s’aperçoit que les frontières naturelles ont été plus efficaces que les frontières artificielles qui ont toutes été vouées à un échec (Ligne Maginot pour la France et ligne Siegfried pour l'Allemagne ou le mur d'Hadrien pour la Grande-Bretagne sous la dominance Romaine).